Aoste, Table ronde avec les représentants des émigrés valdôtains

 

La Rencontre 2018 se tiendra à Rhêmes Notre-Dame et à Introd

rencontre17x530

AOSTE. Hier, lundi 7 août, s'est déroulée la Table ronde avec les représentants des Associations des émigrés, portant sur des différents thèmes de l'actualité valdôtaine.

Le président de la Région, Pierluigi Marquis et les assesseurs Albert Chatrian et Chantal Certan ont répondu aux questions posées par les différentes associations, et notamment l'ALOV et l'Union Valdôtaine de Lyon, représentées par Aldo Daudry, président du Cofesev (qui regroupe les associations des émigrés). En particulier, ont été débattues les questions qui concernent le nouveau gouvernement régional et ses objectifs, la loi électorale régionale, la position adoptée dans le débat italien en matière de vaccinations, ainsi que l'offre touristique Loisirs-Enfance.

Au rendez-vous, étaient présents entre autre Daniele De Giorgis, syndic de Lillianes, Gérard Schrepfer pour l'ALOV, Alain Tavano pour l'Union Valdôtaine de Lyon, Jean-Baptiste Pedretti pour l'Union Valdôtaine de Paris, Jacqueline David-Viérin pour l'Association Valdôtaine de Savoie et Guy Auvergne, vice-président de l'Union Valdôtaine Dauphiné-Savoie.

En conclusion de la Table ronde, l'assesseur à l'éducation et à la culture, Chantal Certan a présenté aux représentants des associations d'émigrés valdôtains le projet de bibliothèque numérique valdôtaine Cordela, qui permet aujourd'hui déjà, via internet, de consulter des journaux, des documents manuscrits et des cartes géographiques anciennes d'intérêt local, qui appartiennent à la Bibliothèque et aux Archives régionales d'Aoste.

En effet, une section importante de Cordela est consacrée à la presse de l'émigration, qui joua un rôle important dans le soutien des intérêts des Valdôtains à l'étranger, en leur permettant de garder des contacts avec leur pays d'origine.

De 1913 à 1958, l'Abbé Auguste Petigat, installé à Paris pour assister ses compatriotes émigrés, parvint à éditer une série de journaux qui, au temps du régime fasciste, jouirent d'une liberté d'expression qui était de plus en plus restreinte en Italie.

Ce type de presse existe encore aujourd'hui, avec le Bulletin de l'Union Valdôtaine de Paris, qui paraît depuis 1937.

Lors de cette table ronde, il a été également convenu que la Rencontre valdôtaine de l'année prochaine se tiendra à Rhêmes Notre-Dame et à Introd, dimanche 12 août 2018.

 

redaction

Potrebbe interessarti anche

Pubblicità
Pubblicità