Aldo Saluard, figure historique de l'émigration valdôtaine en France, est mort

 

Aldo SaluardPARIS. Aldo Saluard nous a quittés. Figure historique de l'émigration valdôtaine en France, Aldo Saluard est décédé d'un accident cardiaque dans la nuit du 29 septembre à l'hôpital Rothschild de Paris, à l'âge de 91 ans. Depuis l'annonce de sa mort, de très nombreux messages d'hommage, provenant de France comme de Vallée d'Aoste, sont parvenus à sa famille et à l'Union Valdôtaine de Paris.

Fils d'un émigré d'Etroubles qui tenait un hôtel-restaurant à Montmorency, en région parisienne, mais dont la famille avait son fief à Pollein, Aldo Saluard avait raconté, dans un article paru dans le Bulletin de l'Union Valdôtaine de Paris en juillet 2014, son premier voyage d'adolescent en Vallée d'Aoste et la découverte de sa nombreuse famille valdôtaine. Une rencontre qui le marquera à jamais et fera naître en lui un attachement sans borne à la Vallée d'Aoste.

Dès l'après-guerre, il fondera avec d'autres jeunes de la communauté valdôtaine, l'Association sportive de l'Union Valdôtaine de Paris. Puis le célèbre « Rideau Valdôtain », une troupe de théâtre qui créera de nombreux spectacles, pièces et opérettes, rendant hommage aux émigrés valdôtains et les jouera tant à Paris qu'en Vallée d'Aoste. Il présentera également pendant plusieurs années le spectacle de l'Arbre de Noël des Valdôtains de la région parisienne. Il occupera durant soixante-dix ans de nombreuses fonctions au sein des associations de l'émigration valdôtaine en étant notamment président de l'Union Valdôtaine de Paris, directeur de son Bulletin et trésorier de la société jusqu'à ces toutes dernières années.

Ses activités ne s'arrêtaient pas à la sphère valdôtaine. Il a notamment été nommé au Conseil de surveillance de l'Assistance Publique – Hôpitaux de Paris en 2011 et reconduit en 2016. Un organisme public gérant 38 hôpitaux et 90 000 salariés pour un budget annuel de 7 milliards d'euros.

Ce passionné de théâtre a joué toute sa vie en amateur de très nombreux spectacles. A plus de 80 ans il se produisait encore dans des représentations rassemblant des centaines de spectateurs.

Il y a quelques mois, il avait confié l'histoire de sa famille, du Rideau Valdôtain, de l'Union Valdôtaine de Paris et de l'association sportive de celle-ci à Alessandro Celi, le président de la Fondation Emile Chanoux et du Comité des Traditions Valdôtaines, qui pilote le projet de mémoire de l'émigration valdôtaine pour son futur musée. Il apparaît également dans plusieurs documentaires sur l'émigration valdôtaine diffusés ces dernières années par RAI 3 Vallée d'Aoste.

 

 

redaction

 

 

Pin It
© 2020 Aostaoggi.it